À la vie à la mort – 4

Le début de cette nouvelle est là : http://maud-eliet.com/2017/03/29/a-la-vie-a-la-mort/

*****

Tout en marchant derrière Sabrina – mais comment fait-elle pour avancer aussi vite ? – je me laisse aller à imaginer sa prochaine visite de mon appart. Ses fesses moulées par son jean attirent irrésistiblement mon regard. C’est au point que je n’arrête pas de heurter les gens qui vont en sens inverse. On ne peut avoir les yeux partout, non plus !

La voir de derrière oriente forcément mes idées vers de nouvelles positions… et je ne tarde pas à me sentir à nouveau à l’étroit dans mon pantalon. Ce qui m’oblige à ralentir.

— Mais qu’est-ce que tu branles ? s’agace-t-elle tout à coup en se retournant. Dépêche-toi !

Justement, en parlant de branler…

— Ça va, y’a pas le feu, non plus ! Nos cobayes vont pas se sauver…

Un sourire ironique apparaît sur ses lèvres et elle ralentit un peu le pas.

— Dis donc, t’aurais pas la trouille, par hasard ?

— La trouille ? Qu’est-ce que tu racontes ? N’importe quoi !

— Eh ben, moi, je crois que t’en mènes pas large derrière tes airs de petit caïd. T’as pas envie de le faire, ce TD, en fait. T’y vas à reculons.

— Et pourquoi je l’aurais choisi, si j’ai pas envie d’y aller ? Hein, petite maline ?

Son sourire s’élargit encore.

— Je sais pas, moi… Peut-être que t’avais envie d’y retrouver quelqu’un.

Malgré moi, je fronce les sourcils et du coin de l’œil, je vois son air satisfait : la diablesse a visé juste. Mais comment a-t-elle fait pour deviner que je n’ai pris cette option que parce qu’elle s’y était inscrite ?

Contrarié, j’accélère le pas. Tout ça aura au moins eu le mérite de me faire débander.

 

C’est vrai qu’à l’origine, je n’avais pas tout à fait prévu de faire de la dissection…

Je sais, cela peut surprendre, mais aujourd’hui, la plupart des étudiants en médecine n’en font jamais. Pas assez de cadavres, je suppose. Ou alors, on se dit que c’est inutile, qu’avec la réalité virtuelle on est bien mieux outillé pour s’entraîner.

À moins qu’on se dise que les vivants font très bien l’affaire…

Bref, la dissection n’est plus qu’une option parmi des dizaines, que l’on peut choisir de suivre, ou pas. Et moi, quand j’ai vu que Sabrina s’était inscrite, je me suis dit que c’était un signe.

Ce matin, j’ai profité de l’exposé préliminaire du prof pour faire connaissance. Après, on a mangé ensemble au RU… et on a fait un détour par mon appart avant d’y retourner.

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Peut-être bien parce que je préfère ne pas penser à ce qui m’attend dans quelques minutes : les cadavres allongés côte à côte sur les tables métalliques du labo…

Dans l’escalier qui mène au sous-sol, nous rejoignons trois autres étudiants. Tout le monde se la joue décontracté, mais quelque chose me dit que tout ça n’est qu’apparence.

 

Bref, maintenant, il faut y aller. Et d’abord se mettre en tenue. Dans le vestiaire, Sabrina se débarrasse en un tour de main de son tee-shirt et de son pantalon. La voilà juste vêtue d’une culotte minimaliste, que je n’avais même pas vue tout à l’heure.

Comme si de rien n’était, elle se penche en avant pour sortir de son sac la tenue verte que nous devons tous enfiler. Le regard braqué sur son cul, j’en oublie pourquoi je suis là. Jusqu’à ce qu’elle se retourne vers moi avec un sourire narquois.

— Tu ne te changes pas ?

En grommelant, je m’empare à mon tour du pantalon et du tablier qui m’ont été fournis. Non sans remarquer au passage que je ne suis pas le seul à mater ma binôme : le mec qui est assis derrière elle n’en détache plus ses yeux.

Insensible à ces attentions – à moins qu’elle ne fasse de la provoc –, la belle se déhanche à qui mieux mieux pour enfiler son pantalon vert.

Quand elle a fini et que je me débarrasse enfin de son tee-shirt, je me rends compte que les deux autres fille arrivées en même temps que nous sont déjà en tenue et entrent dans le labo.

Tellement occupé à mater Sabrina, je ne me suis même pas rincé l’œil sur elles. Merde ! Va falloir que je me ressaisisse.

À suivre

mai 1, 2017

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.